Assemblée Nationale/questions d’actualité : Quatre (4) ministres répondent aux questions d’actualité des députés

La séance plénière du samedi, 19 mai 2021 a été aussi réservée au contrôle de l’action gouvernementale à travers les questions d’actualité, avec l’interpellation de cinq (5) membres du gouvernement dont quatre étaient présents pour répondre aux questions des députés. Il s’agit des ministres en charge de l’Hydraulique, M. Adamou Mahaman ; de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme Allahoury Aminata Zourkaleini ; de l’Equipement, M. Hamadou Adamou Souley et des Finances, M. Ahmat Jidoud. Le ministre délégué auprès du ministre d’Etat aux Affaires Etrangères et de la Coopération, chargé de l’Intégration Africaine était encore absent à l’épreuve des questions d’actualité devant la représentation du peuple. La séance plénière a été présidée par le premier vice-président de l’Assemblée Nationale, M. Kalla Ankouraou, en présence du ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions, M. Mahamadou Zada.

Les inquiétudes des députés interpellant les quatre membres du gouvernement sont en ce qui concerne la député Saïda Mohamed Cheloutan, le problème d’eau de la ville de Tchirozerine. En effet, selon elle, depuis le mois de mars, la majorité des quartiers de ladite ville n’ont pas d’eau au robinet et le bidon de 20 litres se vend à 500 FCFA. Elle veut savoir à quand la solution de cette préoccupation ? Dans ses réponses, le Ministre d’l’Hydraulique, M. Adamou Mahaman a commencé par rappeler qu’à Tchirozérine, c’était la SONICHAR qui fournissait de l’Eau à la mairie. La commune vendait l’eau à la population. Malheureusement, aujourd’hui cela n’est plus le cas et surtout que c’est toute la région d’Agadez qui est confrontée à ce problème d’eau potable. Tout de même dans le temps qui lui est octroyé pour répondre, le ministre a rassuré la parlementaire que le problème est en voie d’être solutionné.

Quant à la député Hassana Boubacar, elle a interpelé  la ministre en charge de la protection des enfants pour savoir les conditions de création et les modalités de fonctionnement des orphelinats au Niger et le mécanisme de suivi du bon fonctionnement de ces derniers en donnant l’exemple d’un orphelinat situé au quartier Niamey 2000 qui est presque abandonné.  Pour répondre à la préoccupation de la député nationale, Mme Alahoury Aminata Zourkaleini a dit que les réseaux sociaux ont tellement répandu des fausses alarmes au sujet de l’orphelinat Moujamma As sadik au quartier Niamey 2000 dont les conditions interpellent tout un chacun. Mais selon elle, le Ministère avait aussi cherché à savoir exactement c’est quoi le problème. « C’est ainsi qu’à notre grande surprise, l’ona constaté que cet orphelinat n’a ni autorisation, ni statut et son fonctionnement ne répond à aucun critère d’un orphelinat digne de ce nom. Comme les orphelinats sont des endroits de protection des enfants,  nous sommes en train de nous investir pour que ce centre ait un statut et pour que son fonctionnement réponde aux normes afin que les enfants qui l’occupent puissent s’épanouir dans des conditions favorables et requises », a rassuré la représentation nationale.

Le député Elhadji Boulou Mahamadou a quant à lui interpellé le ministre de l’Equipement sur l’avenir de la route Diffa-N’guiguimi frontière Tchad (route du pétrole) et les dispositions que le gouvernement entend prendre pour que la Komadougou ne puisse pas impacter la vie socioéconomique des populations de Diffa. Pour répondre à la préoccupation du député interpellant, le ministre de l’équipement, M. Hamadou Adamou Souley a dans un franc parler expliqué que la route du pétrole est censée être réalisée par les Chinois. Ces derniers, selon lui, ont exécuté jusqu’à 30%,  mais la dégradation de la situation sécuritaire les a obligés à retirer leur entreprise. Ensuite, les travaux ont été confiés aux entreprises nigériennes et à leur tour la même situation les a amenées à arrêter les travaux. Mais tout de même, le gouvernement est déterminé pour la réalisation de cette route très importante pour le pays, « Nous avons organisé une rencontre avec les entrepreneurs nationaux pour qu’ensemble nous mettrions les moyens, y compris sécuritaires  afin que d’ici un mois, les travaux reprennent dans l’intérêt général de tout un chacun », a-t-il confié aux députés nationaux.

Le député Bachir Sidi Abdoul Aziz est quant à lui revenu sur la question de payement des redevances des industries extractives aux collectivités. Il voulait également savoir, quand est-ce que les collectivités vont entrer dans leurs droits, quand on sait qu’une partie de ces redevances est reversée à ces entités administratives. Dans ses réponse, le ministre des finances, M. Anmat Jidoud a reconnu que les collectivités ont un arriéré de plus de 30 Milliards, et cela est dû, dans un premier temps, aux problèmes sécuritaires qui demandent un financement important. Il a aussi évoqué le problème de la pandémie de covi-19. Selon lui, ces véritables problèmes ont empêché le gouvernement à  se pencher sur la libération des fonds. « Les deux contraintes évoquées ne nous ont pas permis de respecter la planification de sortie de cet arriéré. Mais nous sommes en train de réorganiser notre plan pour que ces collectivités puissent rentrer dans leurs droits absolus », a rassuré le ministre des Finances.

Il faut enfin souligner qu’au cours de cette séance plénière, le suppléant du député Abdallah Mahamadou du groupe parlementaire PNDS-Tarayya, M. Daoud Khoumaini a été présenté à ses collègues députés.

Les travaux de la séance plénière reprendront ce jour lundi avec ordre du jour, examen et vote du projet de loi autorisant la ratification du traité portant création de l’Agence Africaine du Médicament (AMA) adopté le 11 février 2019 à Addis-Abeba (Ethiopie).

 Seini Seydou Zakaria(onep)

21 juin 2021
Source : http://www.lesahel.org/