Le PNDS au bord de l’éclatement

Le climat est plus que tendu entre le clan du président Mohamed Bazoum et celui dit de l’ancien président qui tirerait les ficelles au sein du PNDS Tarraya. Le parti semble s’orienter inéluctablement vers un éclatement irrémédiable. En tout cas, selon une source interne au parti, la méfiance serait grande entre les ténors du parti. Le contrôle de la formation politique et la volonté du Président Bazoum Mohamed à mener un combat hardi contre l’impunité seraient à l’origine de cette crise qui est en train de couver. Et dont la maturité risque d’être à terme avant l’heure.

Selon notre source,il est fréquent ces derniers temps de voir des responsables du parti s’insulter à travers des SMS et d’autres canaux de communication. Selon la même source, décidés de freiner Bazoum au bout de son premier mandat, les partisans de l’ancien président seraient en train de baliser voire miner le terrain politique contre une quelconque velléité d’un second mandat par Bazoum.

A cet effet, ils auraient déjà commencé à prendre langue avec certains responsables régionaux pour empêcher une mainmise de Bazoum Mohamed sur le PNDS. Pour eux, aux dires de notre source, c’est à l’ancien président de décider de qui doit être le premier responsable du parti. Une situation qui empoisonne l’atmosphère au sein du PNDS et qui obscurcit le ciel sur la tête de Bazoum. Comme motif, l’on parle de l’exclusion de certains grands thuriféraires de l’ancien président dans la gestion du pays. Le mécontentement serait à son comble dans son camp. Surtout avec, récemment, les nominations à la tête des gouvernorats au cours desquelles certains affidés de Issoufou ont été évincés de leurs postes. Du reste, Bazoum Mohamed serait déterminé à en découdre avec le système bancal et corrompu laissé par l’ancien président. Un système basé sur l’affairisme, le népotisme et une justice à double vitesse. Selon notre source, Bazoum Mohamed aurait compris que les Nigériens vont toujours continuer à détester le système maléfique instauré par son prédécesseur. Il faut donc redresser la barre pour tourner sa page à travers un toilettage complet de l’administration nigérienne, qui a été fortement politisée. C’est ce qui expliquerait les dernières nominations dans le système judiciaire. Des nominations applaudies par les Nigériens, épris de paix et de justice sociale.

Cette situation sème la panique chez Issoufou Mahamadou et ses thuriféraires qui commencent, de plus en plus, à exécrer l’arrivée de Bazoum à la tête du pays. En tout cas, selon une source proche du Président Bazoum, les récentes nominations dans le système judicaire seraient en train de provoquer un tangage chez les affidés et les inconditionnels de l’ancien président. Une donne qui écorne gravement l’esprit de camaraderie et instaure un climat de méfiance entre les militants du PNDS. Devant notamment le constat que Bazoum est déterminé à asseoir une gouvernance totalement opposée à celle de Mahamadou Issoufou, qui a compromis les intérêts du pays et a détruit toutes les valeurs morales qui faisaient la fierté de notre pays.

Ali Soumana