Lancement de la 2ème phase des activités du Projet d’appui au renforcement de l’administration territoriale (PARAT) : Renforcer les capacités des préfets pour une gestion participative de la sécurité

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation M. Hamadou Adamou Souley a procédé le jeudi 6 janvier 2022, au lancement de la 2ème phase des activités du Projet d’appui au renforcement de l’administration territoriale (PARAT), dans la région de Tillabéri, couplée à la formation des préfets sur leurs rôles et missions.

Dans son discours, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a notifié que, ce projet qui poursuit le même objectif de renforcement des capacités de l’administration territoriale dans sa fonction régalienne de sécurisation des personnes et des biens et l’accès à une justice équitable, s’inscrit dans la cohérence des orientations nationales et des conclusions du sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de N’Djamena ainsi que des partenaires de la coalition pour le Sahel tenu du 15 au 17 février 2021. Le ministre a rappelé l’importance d’assurer d’une part, la présence forte de l’Etat à travers un redéploiement de l’administration et ses services sociaux de base pour un service public de qualité et d’autre part, de renforcer la résilience des communautés face à l’insécurité qui persiste dans nos localités. Il a enfin remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Niger dans sa quête de paix et de stabilité.

Le Président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix, le Général Abou Tarka, pour sa part a, après avoir brièvement cité les grands axes autour desquels s’organise le travail de sa structure, indiqué que, le premier axe du travail de la HACP est l’appui à l’administration territoriale, à la justice et aux forces de défense et de sécurit. «Plusieurs programmes contribuent à la mise en œuvre de cet axe notamment le PARAT qui couvre les 13 départements de la région de Tillabéri», a-t-il expliqué. «Il a été exécuté pendant un an et nous sommes aujourd’hui réunis pour tirer les leçons de cette expérience qui est en passe d’être renouvelée pour une autre année. L’idée derrière le projet est d’appuyer les Conseils départementaux de sécurité à s’ouvrir, une fois par mois, à l’occasion des réunions extraordinaires, aux représentants de la population que sont les maires élus et les chefs traditionnels», a-t-il soutenu.

«C’est une manière de prendre la température du département, d’écouter les préoccupations des populations et d’impliquer la hiérarchie coutumière des chefs de villages, de tribus, de groupements et de cantons dans la réflexion pour trouver la meilleure manière d’impliquer la population dans la sécurité », a indiqué le Général Abou Tarka. Il a, au nom des populations bénéficiaires, remercié l’Ambassade de France et la Directrice de l’Agence Française de Développement (AFD).

Quant au Conseiller de la Coopération et action culturelle de l’Ambassade de France, M. Luc Fabre, il a félicité et remercié les autorités pour les efforts déjà consentis en vue d’opérationnaliser cette initiative.

Le Gouverneur de la région  de Tillabéri M. Dourahamane Diori et le Maire et de la Commune urbaine M. Moussa Douma, ont auparavant pris la parole pour souhaiter la bienvenue aux invités.

 Mahalmoudou Touré Maïmouna ANP/ONEP

11 janvier 2022
Source : http://www.lesahel.org/ 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...