Coup de gueule : Le calvaire des usagers de la route de Kollo

Nids de pigeons, nids de poule, nids de pintades, nids d’oies, nids d’Autriche…on trouve tout aujourd’hui sur la route menant à Kollo, à seulement une trentaine de kilomètres de Niamey, la capitale. Le calvaire des usagers commence depuis la sortie du quartier Saga où, sur une grande distance, le goudron a depuis belles lurettes cédé la place à une voie latéritique avec ses crevasses perlées, ses bosses d’âne, voire de chameaux, ses trous et cratères, bref de tout ce qu’il faut pour rendre le voyage désagréable !

La fine poussière rougeâtre qui se dégage au passage des véhicules est également là pour voiler le décor, rendant ainsi la visibilité quasi nulle. Contraints de rouler de 10 à  20, 30km/h maxi. Pour ménager leur véhicule, les conducteurs doivent avoir du tact et s’exercer à une certaine maitrise de gestes acrobatiques pour éviter, en même temps de tomber dans un trou béant et de percuter un autre véhicule ou une moto venant dans le sens inverse. Et pourtant, ce n’est pas la fréquentation qui  fait défaut sur cet axe routier. En effet, tous les week-ends, le marché de viande de Mallam Koira, qui ravi la vedette à Kobadjé, accueille un flot ininterrompu de clients venant pour la plupart de Niamey en vue de se ravitailler en viande pour leur consommation familiale, les cérémonies de baptême et de mariage, ou tout simplement une réjouissance entre amis. Et pour arriver à  ‘’Malam Koira’’, tout ce beau monde n’a pas d’autre choix que d’improviser en donnant des coups de volant, par-ci par-là, pour se frayer un chemin.

Pour celui qui va à Liboré, N’Dounga et Kollo, l’épreuve ne fait que commencer à partir de Malan Koira. En effet, la couche de bitume, qui n’existe que de nom, est endommagée et lézardée sur tout le parcours. Le conducteur ne sait plus par où passer face à la ruse des populations riveraines qui ont, à raison, placé un peu partout des tas de briques ou de grosses pierres pour ériger des véritables digues de protection en guise de ralentisseur à la hauteur de leurs habitations. Un véritable parcours du combattant pour celui qui emprunte aujourd’hui cette voie et qui est contraint de s’arrêter à un certain niveau pour payer le péage. Autant de fois qu’il emprunte cette route…dégradée.

Et, elles sont  nombreuses les personnes qui s’adonnent chaque jour à cette rude épreuve pour aller travailler, se rendre à l’école  ou aller faire du business dans les différents marchés de la localité.  Et comme pour augmenter à a peine des usagers, depuis quelques temps, les gros camions transportant du bois de chauffe pour ravitailler Niamey se sont aussi mêlés de la partie.

Que dire du transport, dans ces conditions, des malades ou des femmes enceintes dont l’évacuation sur Niamey s’impose ? Franchement, la route de Kollo mérite des égards.

Vivement le démarrage des travaux de réhabilitation, d’aménagement et de bitumage de la route Niamey-Kollo-Kirtachi-Boumba (163 km), qui a fait l’objet d’une communication du Ministre de l’Equipement lors du Conseil des Ministres du jeudi 12 août 2021 !

Par Fatouma Idé

24 décembre 2021
Source : http://www.lesahel.org/ 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...