Cérémonie de Clôture du forum régional sur la prévention des conflits dans la Zone de la TAPOA : D’importantes recommandations formulées à l’endroit des Etats et des Médiateurs

Organisé par le cabinet du Médiateur de la République du Niger, le forum régional sur la prévention des conflits dans la Zone de la TAPOA a pris fin, mercredi 29 juin, à Niamey. C’est  le Médiateur de la République du Niger, Me Ali Sirfi Maiga qui a présidé la cérémonie de clôture de ces assises.

Dans son discours de clôture, le Médiateur de la République du Niger, Me Ali Sirfi Maiga a rappelé  l’objectif assigné à ce  forum qui  était de proposer une approche régionale de prévention des conflits pour préserver la symbiose entre les populations transfrontalières vivant dans la zone de la Tapoa d’une part, et de préserver la biodiversité dans le parc W, patrimoine mondial de l’UNESCO d’autre part.

Cela, a indiqué Me Ali Sirfi Maiga, dans le but d’aboutir à une meilleure connaissance des défis et enjeux de la zone en matière de prévention des conflits en lien avec le respect de la biodiversité, et une proposition de feuille de route contenant des recommandations et des engagements des Médiateurs de la République du Bénin, du Burkina Faso et du Niger visant à amorcer une approche régionale de prévention des conflits.

Au terme de ces 3 jours de débats, d’analyse, de réflexion, et de propositions concrètes et pertinentes, les participants ont désormais  une meilleure connaissance de la Tapoa;  notamment sa biodiversité (80% de la biodiversité du Niger), les acteurs et différents mécanismes nationaux et internationaux de sauvegarde, ses ressources, l’équilibre communautaire, ainsi que les nouveaux défis et enjeux en matière de prévention des conflits et de préservation de la biodiversité.

Selon le Médiateur de la République du Niger, les participants ont également une meilleure connaissance des entreprises terroristes et de leurs plans d’occupation spatiale depuis les frontières de l’Afrique jusqu’au golfe de Guinée. « Après analyse multifactorielle et très pointue des contextes, enjeux et défis liés à la zone, nous avons désormais des recommandations concrètes et pertinentes pour amorcer une dynamique régionale de prévention et même de résolution des conflits en lien avec le respect de la biodiversité » a-t-il déclaré.

Entres autres recommandations, a évoqué Me Ali SirfiMaïga, il s’agit de mener des actions concrètes de lutte contre l’insécurité, par une synergie d’actions des pays de la zone tripartite à travers le partage de renseignements, l’information scientifique et les opérations militaires ; de créer au Niger, à l’instar du Benin et du Burkina Faso, une structure autonome de gestion des espaces protégés, que sont les parcs ; de renforcer au Niger la Brigade Spéciale des Rangers.

Outre ces recommandations,  les  Médiateurs du Niger, du Burkina Faso, et du Bénin  ont pris des engagements forts pour concrétiser leur démarche.  Selon le médiateur, un rapport complet sera présenté aux plus hautes autorités politiques pour garantir l’effectivité de la feuille de route. Me Ali Sirfi Maiga a enfin souhaité la mise en place d’une structure régionale de coordination, de mise en place et de suivi des recommandations et engagements.

Au terme de ce forum qui a duré 3 jours, les participants ont formulé un certain nombre de recommandations  qui sont entre autres de renforcer les capacités des FDS ; de mener des actions concrètes de lutte contre l’insécurité, par une synergie d’actions des pays de la zone tripartite à travers le partage de renseignements, l’information scientifique et les opérations militaires ;d’apporter un appui aux organisations communautaires riveraines des aires protégées ainsi qu’aux organismes chargés de leur gestion pour la prévention des conflits. Les participants ont également formulé des recommandations à l’endroit des Médiateurs du Niger, du Burkina Faso et du Bénin. Il s’agit entres autres de réconcilier les communautés entre elles ; de multiplier les offres de médiation dans le monde rural et en direction des organismes chargés de la protection et de la conservation des écosystèmes afin de susciter et accroitre l’engagement des communautés riveraines aux efforts de conservation. Pour les institutions nationales de médiation des trois (03) Etats, il s’agit  de renforcer les actions d’éducation ou de soutien à la paix des communautés transfrontalières et des communautés riveraines des aires protégées pour accroître leur résilience mais aussi de renforcer la cohésion sociale.

Par  Aminatou Seydou Harouna et Assad Hamadou (Stagiaire)

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...