Approvisionnement en eau potable : Un rêve devenu réalité à Agadez

Longtemps confrontées à un problème d’eau dans leur ville, les populations d’Agadez ont, aujourd’hui, le sourire aux lèvres. D’autant que l’eau coule à flot dans les robinets. Cela est devenu une réalité grâce au dynamisme et l’amour du travail bien fait du Directeur général de la Société des Patrimoines des Eaux du Niger (SPEN). Les populations d’Agadez ont accueilli, dans la joie et la fierté, l’arrivée de l’eau dans les robinets en quantité et en qualité. Un rêve devenu réalité avec l’appui de la banque mondiale qui a financé le projet. C’est un projet de 2019 dont l’exécution a été confiée à une entreprise burkinabé et qui a passé tout son temps à tourner en rond. A son arrivée à la SPEN, avec le retard pris dans l’exécution des travaux, Seyni Salou a décidé de résilier le contrat et lancer un nouvel appel d’offre. Aujourd’hui, après un délai record, la ville d’Agadez et ses alentours sont alimentés en eau potable à la grande satisfaction des populations. Cela mérite d’être dit et martelé. Car les années de souffrance endurée par manque d’eau dans les foyers sont désormais inscrites sur le registre des souvenirs.

Historique de la réalisation du projet

Le projet est un financement de la Banque mondiale d’un cout global de 3 804 751 112FCFA hors taxe pour un délai d’exécution de 15 mois. En 2011, le gouvernement du Niger a sollicité et obtenu de l’IDA ( Banque mondiale) le financement pour la mise en oeuvre du projet eau et assainissement en milieu urbain ( PEAMU) dont la composante hydraulique urbaine vise à étenT6Tdre le service d’approvisionnement en eau potable dans les villes de Niamey , Tillabéry , Zinder , Agadez, Tahoua et Arlit, ainsi que dans 18 centres secondaires . Un financement complémentaire (fonds additionnel) a été négocié et obtenu avec la Banque mondiale pour proroger le PEAMU jusqu’en décembre 2020.

La SPEN a utilisé une partie de ce financement pour renforcer les installations d’alimentation de la ville d’Agadez afin de répondre aux besoins cruciaux de la population en eau potable. Les travaux du renforcement des installations sont repartis en trois (3) lots dont le lot 1 (captage et adduction) attribué à l’entreprise GCA (Global Construction Afrique). Lancés le 12 février 2019 pour un délai contractuel de quinze (15) mois, les travaux étaient à un taux d’exécution de 85% au 23 décembre 2021. Un retard considérable de 34 mois accusé par l’entreprise. Cela, sans compter, les quatre (4) mois de délai additionnel qui lui ont été accordés pour cause de COVID 19. Une situation, visiblement, d’incapacité qui a amené l’entreprise à abandonner le chantier sans perspective de reprise des travaux. Avec cette situation qui perdure, la SPEN a procédé à la résiliation du contrat le 30 décembre 2021 par lettre N°1567 / DTL/SPEN/ 021. Ce, conformément aux articles 46.6 et 49.2 du CCAG du marché.

L’entreprise a, plusieurs fois, été invitée à prendre part à une visite de constat sur le terrain. Mais, elle n’a, jamais, daigné répondre aux sollicitations de la SPEN. En plus, le 7 janvier 2022, par lettre N° 0021/DLT/ SPAN /022, la SPEN a relancé son appel à l’entreprise GCA à prendre part aux opérations de constatations contradictoires sur la base d’un planning bien ficelé avec la présence d’un Huissier de justice. Malgré toutes ces démarches, sur le terrain les responsables de l’entreprise GCA ont toujours brillé par leur absence. C’est ainsi qu’un inventaire a été fait du 13 au 19 janvier 2022. Le constat d’huissier a dressé le solde, pour tout compte, la somme de 155 915 397FCFA à rembourser obligatoirement par l’entreprise à la SPEN. Le montant des travaux réalisés par l’entreprise s’élève à 3 436 278 930FCFA représentant 90% du montant du marché. Les travaux restants sont les tests d’étanchéité et du traitement de la bâche à eau, les opérations d’essai de pression, de désinfection du réseau et construction des regards, etc.

Comble de l’irresponsabilité des responsables de l’entreprise GCA, le container des équipements électriques et électroniques a été bloqué pendant cinq (5) mois à la douane par faute de paiement des frais douaniers. C’est dans cette situation que la SPEN a signé un contrat avec l’entreprise BABATI pour la finition des travaux. Les travaux ont été repris le 11 février 2022 pour finir en un temps record. Le 25 mai 2022, c’est la date de la mise en exploitation de l’ensemble des installations. Une date historique de joie et de satisfaction pour les populations de la ville d’Agadez. La mise en marche de l’ensemble des installations (lots 1,2 et 3) a été effective. La réalisation de ce projet va permettre de mobiliser un volume d’eau supplémentaire de 10 400m3/Jour, de combler le déficit de 5000m3 par Jour et de fournir de l’eau potable de quantité et de qualité aux populations jusqu’en 2035.

Le projet offre donc un réel bonheur aux populations d’Agadez. Ce qui doit être salué par les autorités du pays. Car, il marque un tournant capital dans la vie des populations de la ville d’Agadez qui auront pour toujours de l’eau potable. Il faut, également, saluer le sens de responsabilité et de l’amour pour un travail d’intérêt général du Directeur général de la SPEN, Seini Salou. Deux qualités dont il a la constance et sans lesquelles le projet ne pourrait jamais être réalisé.

Ali Soumana

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...