Vente des produits saisonniers : Les vendeurs de noix de doum ou ‘’kologi’’ se frottent les mains

Au Niger, selon les saisons, il y a des produits dont la disponibilité est abondante. En cette saison de pluies, parmi les produits disponibles on peut citer les noix du palmier doum. Ainsi, la vente de ce produit saisonnier, constitue  pour  ceux qui la pratiquent une activité génératrice de revenus.   

La vente de noix du palmier doum est pratiquée par des adultes, des femmes et des jeunes écoliers qui profitent des grandes vacances pour s’y adonner et tirer profit. Les jeunes écoliers gagnent de quoi faire des petits achats pour la prochaine rentrée scolaire.

Ainsi, le business du ‘’kologi’’ bat son plein au niveau des marchés de Niamey plus précisément à Katako, dans certains quartiers de la ville. Les clients sont visibles autour des revendeurs. L’activité mobilise divers acteurs notamment des grossistes et des détaillants.

Certains clients s’approvisionnent au marché Katako qui est le centre par excellence de distribution de divers produits à Niamey. D’autres personnes achètent le produit pour leur propre consommation, tandis que d’autres s’adonnent à sa commercialisation en vue de générer des bénéfices.

Bien que saisonnière, et informelle, la vente des noix de palmier doum est une activité commerciale et économique qui rapporte. Les mois de Juin à Septembre est  la période de forte disponibilité du produit du fait de sa présence sur les marchés.

D’après Salissou Elhadj Ada un commerçant au marché Katako, des personnes s’intéressent de plus en plus beaucoup à cette activité en cette période. « Chaque année, des nigériens, jeunes, hommes et femmes, se lancent dans la  vente de la noix du palmier doum. On en trouve partout  sur les étals  du marché et ses alentours, mais aussi dans les rues. Les localités les plus reconnues pour la fourniture de ce produit sont entre autres Torodi, Gaya, Bengou et Say», a-t-il indiqué. « On peut décharger 2500 à 3000 sacs de noix de palmier doum. Le prix de sac varie entre 10.000F et 11.000F CFA en période de disponibilité du produit, jusqu’à 15.000 F CFA à certains moments. La clientèle est essentiellement composée des jeunes hommes et des femmes », a expliqué Salissou Elhadj Ada.

Kabirou un autre revendeur, âgé d’une trentaine d’années, dit qu’il exerce cette activité depuis plusieurs années. Le produit précise-t-il se vend en gros dans les sacs et en détails. « J’achète le sac entre 7 000F et 7 500F et je le revends en détail  à 10 000  voire 10 500F.  J’arrive à gagner de bénéfices de 3 000F à 3 500F », a-t-il indiqué.

Pour sa part, Garba, père de famille, âgé d’une quarantaine d’années, a confié avoir 25 ans d’expérience dans cette activité. Parlant de la provenance du produit, il a expliqué que les marchés locaux sont approvisionnés à partir de Say, Boubon, et Torodi. Il achète le sac de noix de palmier doum à 8.000F ou 9.000F, et le revend entre 10.000F et 10.500F.

Les revendeurs, tirent leur épingle du jeu à travers cette activité prometteuse. C’est le cas d’Abdoul-Wahab un jeune écolier rencontré au marché de Katako. « Chaque année nous payons les noix de palmier doum pour les revendre dans le quartier ; nous gagnons un peu dans cette activité. Nous achetons 6 à 7 noix à 50 F pour revendre 2 à 25 F. Le bénéfice nous permet d’acheter des fournitures scolaires et des tenues, et même à avoir un peu d’argent de poche pour quelques temps. C’est la raison pour laquelle chaque année pendant les vacances je me lance dans ce business», a-t-il déclaré.

Farida Ibrahim Assoumane(onep)

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...